Je ne sais pas comment faire face au sentiment de solitude, je ne suis experte dans aucun domaine qui s’y réfère, mais en souffrant moi-même depuis l’enfance, avec une phase de grosse exacerbation il y a maintenant près de 10 ans, j’ai su identifier avec le temps ce qui marche et ce qui ne marche pas pour moi. Puisse mon humble expérience vous aidez à aller de l’avant. Mais avant de commencer, Je souhaite vous partager un secret, qui n’en est pas un : vous êtes déjà le créateur-Créatrice de votre propre vie, vous en êtes le personnage principal.

Ses manifestations

C’est un sentiment qui nous donne l’impression (j’insiste vraiment sur ce mot) :

  • D’être différent des autres, d’être à part
  • D’une profonde détresse intérieure et d’un sentiment de grande impuissance sur les évènements de notre propre vie
  • Que plus rien n’a de sens, que rien ne vaut la peine d’être vécu.
  • D’être entouré et de ne pourtant plus/pas ressentir de connexion profonde
  • Etc

Comment y faire face ?

  1. A la différence d’un état dépressif qui est lui permanent, le sentiment de solitude est cyclique. Si vous êtes sujet à ce phénomène, il est important d’accepter de vivre avec, avant de potentiellement trouver une solution pour y remédier définitivement. Accepter que c’est un état passager, car c’est bien de ce dont il s’agit, trouvez juste des stratégies qui sont les vôtres pour y faire face avec sérénité dès qu’il se manifeste.
  2. Identifier l’élément déclencheur. ceci est un appel à sa propre conscience personnelle. Il y a toujours un souvenir, une émotion forte qui créée cet état de bascule. Savoir l’identifier permettra de poser une conscience et de donner un sens à ce qui vous arrive.
  3. Rapprochez-vous d’un professionnel de santé, c’est son métier, faîtes lui confiance.
  4. Créer du mouvement ou prendre du temps pour soi et se resourcer. Lors d’une crise de la sorte, l’unique erreur à ne pas faire est de rester immobile, de ressasser, de se plaindre, de se morfondre d’avantage ou d’attendre qu’une personne extérieure fasse quelque chose pour vous. Personne d’autre que vous ne peut réellement comprendre l’amplitude de ce que vous vivez et de ce que vous ressentez, donc c’est bien à vous d’agir. Il y en a certainement d’autres mais ici je vous propose deux possibilités : a. Créer du mouvement, battez vous contre ce sentiment en suivant un bon film, une comédie, aller faire du sport, aller à des afterwork, des Meet-Up pour créer de nouvelles connexions inspirantes et qui vous poussent à allez de l’avant. b.Ralentir, et faire des activités qui vous permettent de vous reconnecter à votre corps de façon plus calme et détendue, marcher dans la nature, prendre un bain bien moussant, se maquiller, faire un massage, jouer d’un instrument de musique, lire, écrire, méditer, prier. Le but est de toujours émettre de bonnes vibrations, indépendamment des autres et des circonstances, être conscient de ce que nous faisons.
  5. S’entourer de personnes qui vous aiment réellement et vous accepter tel que vous êtes, passez du beau temps. Appeler-vos amis ou des relatives et discuter de la pluie et du beau temps. Accepter que ces personnes aient des qualités et des défauts, aient un vécu, comme tout le monde finalement ! Personne ne peut avoir la prétention d’être parfait mais entretenir des relations qui nous tiennent à cœur et qui nous nourrissent est une décision personnelle.
  6. Communiquer sur ce que vous vivez sur le moment avec des personnes qui peuvent vous comprendre, libérez la parole !
  7. Accepter de vivre. Ce ci est très dure à admettre, parce que lorsque nous nous sentons mal, et que nous désirons profondément changer de situation, et que nous nous sentons confus, la dernière chose que nous voulons entendre est que c’est de notre faute. C’est vrai, ce n’est pas toujours de notre faute, mais nous avons la responsabilité de notre propre bonheur, nous avons la responsabilité de changer de point de vue sur la situation que nous vivons. C’est notre pouvoir intérieur et notre souveraineté. N’attendez plus, n’attendez pas que quelqu’un d’autre vous l’offre. Accepter de devenir un « Dieu » et créer votre propre destinée. La vie est personnelle, et c’est bien de le dire. Connectez-vous à votre part lumineuse (vos sources de joie, vos envies, vos besoins et ce sans culpabilité, ni honte), identifiez et maîtriser votre part d’ombre (vos peurs, vos craintes, vos défauts, vos lacunes). Vivre c’est assumer ce que nous sommes, ce qui est, et le magnifier.

Je vous souhaite sincèrement le meilleur,

MDMF

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.