L’humanité, de par l’état actuel des choses, traverse une autre part sombre de son histoire. Nous pouvons compter le fait écologique, et l’Afrique, avec son retard en terme de développement et de niveau de vie n’est pas en reste de ce qui se passe, bien au contraire. L’apparition des maladies de civilisation, de la mort précoce, de l’expansion de l’infertilité, et de l’extinctions des cultures.

Le but de cette page n’est pas uniquement de dénoncer et d’avoir un discours moralisant et déprimant. Le but de cette page est aussi de vulgariser les enjeux actuels, de faire comprendre l’existant et surtout de donner l’inspiration de bâtir des alternatives plus en adéquations avec nos valeurs, notre identité, nos idéologies, nos symbolismes et nos exigences génétiques.

Je me veux d’être cette torche, ce phare parmi tant d’autres phares, certes de luminosité très faible, mais qui émet une lueur assez conséquente dans la nuit noire de notre destinée, pour éclairer le chemin de ceux me rencontrant sur leur passage.

Mettons-nous à réfléchir collectivement sur les stratégies à adopter et réellement comprendre que ce sont des reformes qui s’étaleront dans le temps. Nous sommes encore majoritairement condamnés à consommer ces produits nocifs pour notre santé et notre patrimoine génétique, nous sommes encore majoritairement condamnés à acheter et utiliser au quotidien des matériaux malsains pour notre environnement, du simple fait de la disponibilité, des prix attractifs, de méconnaissance des enjeux politiques et géostratégiques des consommateurs et des acteurs majeurs, mais aussi de manque d’alternative. C’est une triste réalité certes, beaucoup tomberont encore malades , beaucoup mourront de maladies civilisationnelles par manque d’informations, mais voyons cette étape comme un tunnel à traverser, c’est à dire que nous y sommes déjà, et le seul moyen d’en sortir est de ne pas s’arrêter. C’est pourquoi il est nécessaire, non seulement de consommer local et bio, mais aussi et surtout, adopter le style de vie en adéquation avec nos valeurs culturelles et nos exigences génétiques. C’est lorsque le devoir redeviendra culturel que nous passerons à un état plus stable. Mais pour le moment, chacun doit œuvrer dans son quotidien et mettre des choses en place, et cela avec beaucoup d’efforts je vous l’accorde.

Personne n’est parfait sur cette quête, tout le monde est faillible. Et les enjeux sont énormes.

L’Afrique, notre belle terre est en reconstruction, des œuvres et des projets grouillent de partout, l’imagination et la créativité sont en ébullition, mais rassurons-nous juste de fonder sur des bases solides, rassurons-nous de bâtir sur le roc.

Ensemble cultivons le goût de la constance dans l’effort, pour une alternative en conscience, pour une cité en renaissance et en bonne santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.