J’ai toujours eu une forte phobie des actes posés sans mûres réflexions. Il n’y a-t-il rien de plus irrespectueux envers son être entier que d’agir sans réfléchir ? Dépenser de son temps et de son énergie sans atteindre le minimum en terme de résultat voulu ? Après c’est bien vrai que quelque soit la manière d’y parvenir, un résultat reste un résultat mais pourquoi ne pas chercher à rendre perfectible et agréable l’expérience afin de l’optimiser s’il nous est donné l’occasion de le faire ? Même si le grand piège de cette façon de raisonner est qu’à force de vouloir trop penser et conceptualiser avant d’agir, dans une volonté de bien faire, on agit jamais !

Le constat de la société

Un regard attentif sur notre société actuelle nous montre le rythme effréné auquel nous faisons tous face. La tendance a légèrement changé du fait de la situation sanitaire mondiale mais nous sommes quelque part toujours tous autant aspirés par un comportement grégaire, un rythme incessant qui nous dirige tous : la vie professionnelle, le style vestimentaire, les habitudes alimentaires, le style de vie, l’hygiène mentale, l’hygiène de vie.

L’effet tunnel

L’effet tunnel est lorsque nous avons l’impression de ne pas pouvoir faire demi-tour dans un processus qui a été enclenché et dont nous sommes le sujet ou l’objet, ou lorsque nous avons la réflexion d’avoir trop fourni d’efforts pour oser penser pouvoir demi-tour ! C’est compréhensible. Le cerveau s’étant investi sur une tâche dans la durée ne peut pas facilement admettre que tout cela était « pour rien », surtout s’il y a eu un engagement émotionnel très fort. Nous faisons donc face à des résistances, des interrogations intérieures qui poussent à la contradiction. Mais devons-nous nous arrêter au moindre doute ou rester fidèles et intègres envers nous même et foncer encore plus loin ?

Une modeste piste de solution

La meilleure stratégie pour moi est d’accepter de faire des points avec soi-même, quelque soit le projet dans lequel nous sommes engagés, et cela de manière plus que récurrente. Ce serait une occasion d’une part de faire une introspection sur tout ce qui a été fait, de s’assurer d’être toujours en accord avec les efforts fournis et le résultat à atteindre, et d’autre part une occasion de faire une projection vers ce qui doit-être fait et des outils à utiliser pour y parvenir au mieux.

MDMF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.