J’ai réalisé avec grand étonnement que le mensonge ne faisait pas parti des 7 péchés capitaux énoncés par l’église catholique. Pourtant de tous les 7 péchés, c’est bien celui-ci que je ne puisse tolérer. J’y vois de la méchanceté et de la mauvaise foie, un non respect de l’intégrité et de la dignité humaine, je peux même y ressentir une volonté d’humilier et de dominer l’autre.

Toutefois, s’il m’était demandé de faire une liste par ordre de préférence sur toutes les formes de mensonges qui puissent exister, c’est le mensonge par omission que je mettrai en première position. J’y trouve un caractère honorifique, comme un secret à ne pas dévoiler, un silence de maturité : pas de faux semblant, pas d’hypocrisie. Rien que du silence. Ne rien dire jusqu’à ce que la question soit posée, et même encore ne sera donnée la réponse (au delà du mensonge par omission) que si la personne posant la question est éligible à la recevoir en assurant ainsi notre sécurité physique et/ou mentale : le mensonge par protection.

Le but de cet article ne justifie en rien l’usage du mensonge, ne déclare non plus la non gravité des autres péchés devant le mensonge. Chacun ayant ses principes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.